Usine hydroélectrique

Commencée en 1928, la construction de la 1ère centrale sur le Rhin par "l'Energie Electrique du Rhin" s'est achevée en 1932. Endommagée à deux reprises durant la 2ème guerre mondiale, la centrale a été reconstruite et nationalisée en 1946 avec la création d'EDF. La centrale de Kembs est considérée comme exemplaire de l'architecture industrielle des années 30.

Pour plus d'infos, cliquez sur le lien ci-dessous :

www.aufildurhin.com/

 

Renouvellement des concessions hydroélectriques française et suisse de l’aménagement de Kembs :

L’utilisation de la force motrice des fleu- ves pour produire de l’énergie est une prérogative de l’Etat qui peut déléguer
ce droit à une entreprise, dans le cadre d’un contrat de concession.
Ce contrat de concession autorise l’entreprise choisie, le concessionnaire, à édifier les ouvra- ges nécessaires et à les exploiter selon des règles définies par l’Etat.
La force motrice du Rhin, transformée en élec- tricité à l’usine hydroélectrique de Kembs, provient pour 80 % du territoire français et pour 20 % du territoire suisse. EDF en assure l’exploitation depuis 1946 en vertude deux contrats de concession complé- mentaires, l’un français, l’autre suisse, expirant le 31 décembre 2007.

http://energie.edf.com/fichiers/fckeditor/Commun/En_Direct_Centrales/Hydraulique/Commun/documents/Kembs_8pages_ok.pdf

Centrale hydroélectrique de Kembs : Nouvelle concession en vigueur jusqu’en 2035

La nouvelle concession de Kembs est entrée en vigueur le 15 décembre 2010 pour une période allant jusqu’au 31 décembre 2035. Après la signature de la concession française, le 17 juin 2009, la signature de la concession suisse, le 19 juillet 2010 et la décision commune des représentants des deux Etats fin 2010, les trois étapes officielles sont franchies et les mesures environnementales proposées par l’Unité de production hydroélectrique Est de EDF peuvent être mises en oeuvre.
Le projet environnemental, destiné à préserver les écosystèmes du Rhin, s’articule autour de quatre mesures innovantes :
•    augmentation significative dans le Vieux Rhin du débit minimum nécessaire à la vie aquatique, dit "débit réservé", pour l’adapter aux besoins de la faune et de la flore : il a d’ores et déjà été augmenté de 20 m3/s à 52 m3/s pour la période hivernale.
• rétablissement des apports naturels de graviers, indispensable au développement de la vie piscicole et de la végétation alluviale,
•    réalisation des ouvrages permettant la circulation des espèces animales, tels qu’une nouvelle passe à poissons et une passe à castors,
•    renaturation des milieux humides sur l’île du Rhin, incluant la restauration d’un ancien bras du Rhin, long de 7 kilomètres.
L’augmentation du débit réservé va conduire à une réduction significative de la production d’électricité des 4 grandes usines en aval, l'aménagement de Kembs étant le premier du Canal d'Alsace. EDF a donc conçu un projet industriel incluant la construction d’une nouvelle centrale de 8.4 MW, au pied du barrage de Kembs, qui turbinera l’eau restituée au Vieux Rhin, et compensera 20% de cette perte.
Quelques travaux préparatoires ont déjà démarré tels que la réalisation de fouilles archéologiques, et la création de pistes pour l’arrivée des engins. Les dossiers d’autorisations administratives sont en cours de validation et les opérations de défrichement doivent débuter au premier trimestre 2011.

(extraits de la note d'EDF du 13.01.2011)

 


Mentions légales - © 2013